La technique de greffe de cheveux FUE est l’une des plus employées actuellement dans le domaine des implants capillaires. Que l’on soit un homme ou une femme, tout le monde peut se trouver en proie à la perte de cheveux.

Ce type de situation n’est cependant pas une fatalité qui impose que l’on s’y soumette. Pour y faire face, la technique Follicular Unit Extraction (FUE) est l’une des possibilités disponibles et très en vogue. Elle s’avère relativement simple, peu invasive et laisse peu de cicatrices aux patients.

Si elle s’est imposée au détriment de sa précédente, la technique Follicular Unit Transplantation (FUT) qui était employée depuis une quarantaine d’années environ, elle ne la remplace cependant pas.

Dans certains cas, il apparait nécessaire de combiner l’usage de ces deux techniques pour un résultat optimal. Les principales caractéristiques de la technique de greffe de cheveux FUE peuvent expliquer son large succès auprès des patients et des chirurgiens capillaires.

Comment fonctionne la technique de greffe de cheveux FUE ?

C’est en 2003, au cours d’une conférence de l’International Society of Hair Restoration Surgery (ISHRS) qui a eu lieu dans la ville de New-York aux Etats-Unis, que les premiers résultats de la technique de greffe de cheveux FUE ont été rendus publics.

La méthode consiste à prélever des greffons ou unités folliculaires sur le corps du patient pour les implanter sur les surfaces à traiter. Dans la plupart des cas, la zone donneuse est située sur la nuque ou sur les côtés du crâne.

Le premier avantage qui fut reconnu à la technique consiste en l’absence de cicatrice, à l’opposé de celles qui caractérisent la technique FUT. Pour la procédure, les plasticiens se servent de micro-punch dont le diamètre, allant de 0,7 à 1 millimètre, correspond à celui des greffons du patient.

Les étapes de la procédure

Au début de la procédure, le chirurgien tond les cheveux du patient. Cette étape se justifie car le prélèvement de greffons n’est pas envisageable lorsque la taille du cheveu est supérieure à 1 millimètre.

La tonte se fait donc sans sabot. Dans certains cas, la tonte peut être partielle. Il s’agit alors d’une FUE dite « Patchy » ou encore « Unshaven ». La suite de la procédure se déroule sous anesthésie locale.

En tenant compte des besoins de la zone receveuse, cette étape consiste à sélectionner les greffons adéquats. Chaque greffon compte en moyenne deux cheveux. Dans un premier temps ces greffons sont identifiés puis isolés. Ils sont ensuite désolidarisés du cuir chevelu à l’aide d’une micro pince.

Une fois cette étape terminée, un cataplasme est appliqué sur la zone donneuse afin de favoriser la régénérescence des cellules capillaires.

Après avoir été extraits les uns après les autres, les greffons sont conservés dans une solution de Plasma Riche en Plaquettes (PRP) ou dans du sérum physiologique. C’est aussi à cette étape qu’un tri est effectué afin de déterminer les greffons qui peuvent être implantés avec succès.

La technique consiste à se servir d’une microlame pour pratiquer de minuscules incisions sur la zone destinée à recevoir les greffons. Les lames en question sont taillées afin d’assurer leur correspondance avec les dimensions des follicules prélevés.

C’est donc la technique des Custom-Blades qui permet de dessiner l’aspect qu’auront les futures cellules capillaires qui vont pousser sur la zone receveuse. Ce design prend en compte trois aspects importants :

  • L’angle de chaque cheveu ;
  • La densité de la chevelure ;
  • La répartition des cheveux.

La technique de greffe de cheveux FUE s’avère relativement longue. Sa mise en œuvre prend plus de temps que la technique FUT. Pour cette raison, il arrive souvent que les médecins se mettent à plusieurs pour implanter les cheveux sur les zones incisées.

Une fois les greffes terminées, les cellules capillaires colonisent la zone receveuse qui était jadis dépourvue de cheveux. Il est néanmoins nécessaire d’attendre environ 12 mois pour une repousse complète des cheveux implantés.

La technique de greffe de cheveux FUE - Docteur Cinik

Les caractéristiques majeures de la technique de greffe de cheveux FUE

Le caractère permanent

Après que les greffons aient été implantés, ils repoussent correctement au bout de quelques mois et ne retombent pas. La greffe FUE est donc définitive.

Dans le cas d’un patient atteint de calvitie sévère, il est prévisible d’observer des chutes de cheveux à partir de nombreuses zones de la tête. Face à une telle situation, la technique de greffe de cheveux FUE est à effectuer également sur ces zones afin de ne pas aboutir à un cuir partiellement chevelu.

La comparaison avec les autres méthodes de greffe

 

L’absence de cicatrices sur le cuir chevelu est l’un des principaux avantages attachés à la technique de greffe de cheveux FUE. En comparaison, dans le cas de la technique FUT, le chirurgien procède au prélèvement d’une bandelette qui s’étend sur plusieurs centimètres.

Pour cette raison, à l’issue de l’opération, la zone qui a fait l’objet de prélèvement est fermée de bout en bout, ce qui laisse subsister une cicatrice bien visible. Ce désagrément est évité grâce au recours à la technique FUE.

Le défaut ainsi mentionné pour la technique FUT n’a pas de réel impact pour une personne qui garde ses cheveux longs car dans ce cas, les cheveux couvrent la cicatrice. Pour les personnes désirant arborer une coupe courte, soit permanente soit occasionnelle, la méthode FUE est mieux indiquée.

Une technique plus récente, dite Direct Hair Implantation (DHI), donne des résultats plus appréciés et peut se faire dans des délais plus courts. Elle nécessite un équipement spécifique.

La technique de greffe de cheveux FUE peut quelques fois donner lieu à la formation d’un œdème. Celui-ci se résorbe toutefois au bout de deux ou trois jours.

La mise en œuvre de la technique de greffe de cheveux FUE peut par ailleurs imposer dans certains cas le recours à une autre technique : le Body Hair Transplantation (BHT). Cela s’avère nécessaire lorsque la zone donneuse n’est pas assez fournie en follicules exploitables pour une transplantation.

Pour parer à cette difficulté, la technique consiste à effectuer le prélèvement de greffons à partir d’autres zones du corps :

  • La poitrine ;
  • La barbe ;
  • Le dos ;
  • Les jambes ;
  • Les bras ;
  • Le torse.

La zone à retenir est celle qui offre la possibilité de prélèvement de greffons exploitables pour une transplantation. En résumé, la technique de greffe de cheveux FUE, bien qu’elle soit relativement récente, présente un caractère de compatibilité avec les autres techniques.

Il existe également une méthode automatisée dite d’Implantation Folliculaire Automatisée (IFA).

Les tarifs

En France, le tarif applicable pour la technique de greffe de cheveux FUE peut atteindre 1,3 euro par cheveux transplanté. Par contre en Turquie, ce tarif est généralement de moins d’un euro dans le cadre du tourisme médical.

En considérant que chaque greffon contient une moyenne de 2 cheveux, une greffe de cheveux FUE portant sur 3 000 greffons coûte plus de 7 000 euros en France contre moins de 5 000 euros en Turquie.

Les résultats à attendre

L’opération de greffe laisse des rougeurs très visibles sur le cuir chevelu du patient. Celles-ci disparaissent cependant en environ deux semaines. En outre, dans les 30 à 60 jours suivant l’intervention, le patient assiste à la chute des cheveux implantés.

Ce processus est normal et précède la repousse à proprement parler. Celle-ci n’arrive à son terme complet qu’au bout d’un an. La repousse peut néanmoins être accélérée au moyen de produits homologués.

En attendant qu’elle soit complète, il est recommandé d’éviter de toucher ladite zone. Pour cette raison, la recommandation est de se coucher uniquement à plat ventre après l’opération.

Lorsque les consignes sont respectées et que le patient fait l’objet d’un suivi post-opératoire adéquat, les cheveux repoussent normalement. La qualité générale du résultat de la technique de greffe de cheveux FUE varie toutefois avec les prédispositions génétiques propres à chaque patient.