L’état d’une greffe de cheveux après 1 mois est d’ores et déjà révélateur du niveau de réussite qui a caractérisé l’intervention chirurgicale. Les évolutions observables de la greffe renseignent quelque peu quant au résultat final à espérer.

La greffe de cheveux est une procédure chirurgicale délicate mise en œuvre au moyen de diverses techniques, en fonction de la situation spécifique qui caractérise le patient. Elle permet d’implanter sur une zone du cuir chevelu des follicules pileux prélevés à partir d’une autre zone dite donneuse.

Découvrez ici à quelles observations l’on peut raisonnablement s’attendre un mois après l’intervention. Une greffe de cheveux après 1 mois se caractérise par ailleurs par la levée de nombre d’interdictions précédemment formulées à l’endroit du patient.

 

Une procédure chirurgicale

Une intervention délicate

La greffe de cheveux est une intervention de chirurgie qui requiert le déploiement d’une procédure complexe, comportant des phases pré et post opératoires. En effet, avant l’intervention, il est demandé au patient :

  • De réaliser un bilan préopératoire ;
  • D’effectuer diverses consultations ;
  • De se plier à des consignes strictes.

Cette phase préopératoire a pour but de faciliter les différentes phases de la chirurgie, mais aussi ses suites. Elle permet par exemple de préparer au mieux l’anesthésie afin d’en limiter les effets indésirables.

L’opération elle-même consiste globalement à prélever ou à extraire des follicules pileux de la zone donneuse identifiée sur le cuir chevelu du patient, et de les implanter sur les zones dégarnies de ce cuir chevelu afin d’y permettre la repousse capillaire.

La mise en œuvre de cette intervention et sa réussite requièrent les compétences d’équipes médicales expérimentées.

 

Une chirurgie qui en vaut le coup

Le caractère délicat d’une greffe de cheveux ne suffit pas à décourager les personnes, hommes et femmes qui souffrent de chutes de cheveux.

Cela s’explique par le bénéfice permis par l’intervention, par son effet sur l’apparence physique, mais aussi par ses retombées psychologiques évoquées dans cet article.

Si une greffe de cheveux après 1 mois ne permet pas encore d’arborer une chevelure dense et abondante, elle permet tout de même d’observer des changements manifestes, laissant suggérer que la situation est en cours d’amélioration.

Au-delà du premier mois, le respect des consignes médicales reste essentiel pour obtenir un résultat à l’aspect naturel caractérisé par des cheveux greffés difficiles à distinguer, tant ils sont semblables aux autres cheveux du patient.

La qualité du résultat final et ses nombreux effets sur la qualité de vie, justifient amplement pour les patients, de passer par le cap d’une greffe de cheveux.

 

L’état d’une greffe de cheveux après 1 mois

Les faits observables

Une greffe de cheveux après 1 mois se caractérise par la fin de la phase de convalescence. Elle laisse déjà voir un début de pousse des cheveux implantés. Cette pousse est timide et les cheveux sont fragiles, mais ce signe augure bien d’une repousse satisfaisante.

La pousse manque par ailleurs d’uniformité, mais il faut garder à l’esprit qu’il s’agit des premiers résultats et que le processus nécessite plusieurs mois pour être finalisé. La repousse des cheveux finit donc invariablement par s’harmoniser, à condition que les consignes médicales soient suivies.

En attendant, une greffe de cheveux après 1 mois présente des résultats lents et peu impressionnants, qui ne manquent cependant pas de s’améliorer lorsque le patient veille à son hygiène de vie.

 

La levée progressive des interdictions

Environ 1 mois après l’intervention, les nombreuses interdictions formulées dans le cadre de l’intervention commencent à être levées, ce qui confère une plus grande liberté au patient.

Sous réserve d’y être explicitement autorisé par le chirurgien, le patient fumeur peut ainsi retourner à ses habitudes. Il faut cependant préciser qu’il est absolument déconseillé de fumer après une greffe de cheveux.

Si la survie des greffons peut être hypothéquée par le tabagisme qui entrave leur oxygénation, cette pratique a bien d’autres effets néfastes sur la greffe capillaire :

  • Elle entraine une compression des vaisseaux sanguins, ce qui réduit les apports assurés aux greffons par la circulation sanguine et donc leur développement optimal ;
  • Elle ralentit le processus de cicatrisation, exposant ainsi le patient au risque de garder des cicatrices dues à l’intervention ;
  • Elle accroît le risque d’infection liée à la mauvaise cicatrisation.

Apprenez-en plus ici. Outre le tabagisme et la consommation d’alcool, le patient peut retourner à la majorité de ses habitudes de vie. La pratique sportive, les positions habituelles de sommeil, la natation ou encore les voyages lui redeviennent ainsi accessibles.

Une greffe de cheveux après 1 mois permet par ailleurs au patient de sortir à nouveau sous le soleil.