Trois conseils avant une greffe de cheveux parfaite

Pour les personnes souffrant de problèmes capillaires extrêmes, de calvitie ou autres, la greffe de cheveux est devenue l’occasion ultime de renouer avec esthétique et confiance en soi. Elle constitue ainsi une excellente alternative aux troubles capillaires d’une certaine gravité. Sauf que de plus en plus de candidats à la greffe se lancent dans l’aventure sans prendre la peine de bien se renseigner. Comment préparer votre projet de greffe de cheveux ? On vous donne quelques conseils bien utiles !

Le profil du spécialiste : un détail important !

La greffe capillaire est une intervention chirurgicale qui requiert de la part de celui qui l’opère, une grande dextérité et une qualification professionnelle éprouvée. Le chirurgien qui effectue une greffe de cheveux doit surtout maitriser les différentes techniques d’implantation et savoir manier les différents outillages spécifiques. Autant vous dire que le Dr Cinik est un spécialiste dans ce domaine.

Malheureusement, de plus en plus de médecins s’autoproclament spécialistes de la greffe capillaire et vont jusqu’à proposer des coûts défiant toute concurrence pour attirer le public mal informé. Et ce n’est qu’après des interventions mal cousues et mal ficelées que les patients découvrent le pot-au-rose. Que faire alors si vous envisagez de recourir à la chirurgie capillaire ?

Vous devez absolument passer par une séance de d’analyses et de diagnostics pour savoir si la greffe de cheveux est appropriée. Il s’agira ensuite de déterminer la surface nécessaire à couvrir par ladite greffe. Cela permet au professionnel de réaliser un travail indétectable et esthétiquement correct. Au final, avec le bon professionnel, vous avez la garantie d’une greffe capillaire bien faite, qui n’abîme pas votre chevelure, et que vous pouvez brosser régulièrement après cicatrisation.

Le choix de la technique appropriée : un autre détail !

Il existe plusieurs techniques d’implantation de greffons de cheveux. Mais bien souvent, en raison de leurs carences, certains médecins appliquent à leurs patients la même méthode. Ce qui n’est pas approprié. En matière de greffe de cheveux, il faut distinguer la méthode FUT de la FUE et du DHI.

La méthode FUT est réputée très chirurgicale. Durant l’intervention, vous êtes placé sous anesthésie locale et le chirurgien prélève d’une zone donneuse de votre tête, une bande de peau comportant suffisamment de cheveux ou de poils pour recouvrir la zone receveuse de la greffe. Une fois la bande de peau prélevée et les coupures refermées, l’intervention FUT laisse généralement des cicatrices au niveau de la zone donneuse. C’est d’ailleurs pourquoi cette méthode convient le mieux aux femmes.

Avec leurs longs cheveux, les femmes qui subissent des interventions de greffe de cheveux FUT arrivent facilement à en dissimuler les cicatrices. A la différence de la FUT, la FUE est un procédé qui consiste à effectuer des prélèvements de micro cheveux et à les transférer vers la zone receveuse par plantation, en faisant de petits trous. Moins douloureuse, cette méthode est réputée pour ne laisser que très peu de cicatrices.

La méthode DHI quant à elle consiste à prélever de façon manuelle et simultanée des bulbes de cheveux. Lorsque les gestes sont bien réalisés, cette méthode indolore vous garantit une chevelure naturelle et parfaite.

Les bonnes pratiques avant l’opération de greffe de cheveux !

Un projet de greffe de cheveux est incompatible avec :

  • un fort taux de tabac et d’alcool dans le sang ;
  • une consommation exagérée d’aspirine ;
  • ou encore, tous produits excitants.

Une fois l’intervention clôturée, il est recommandé de :

  • ne pas pratiquer d’activité sportive durant la première semaine ;
  • éviter de plonger dans de l’eau de piscine ;
  • éviter les expositions intenses au soleil après la greffe de cheveux ;
  • éviter le port de casque-moto durant trois semaines.